Autour de : Fabriquer de l’espoir au temps des catastrophes.

Catégorisé comme autour de

Ressources

Entretien d’Isabelle Stengers à Regards

9 décembre 2014. La rationalité se trouve du côté de la remise en question du pouvoir et des experts. Face à la science institutionnelle, au « progrès » et à la violence d’État comme agents d’un ordre dépassé, la philosophe Isabelle Stengers interroge les nouvelles formes de l’écologie politique et de l’activisme dans l’espace public contemporain.

La gauche a besoin de manière vitale que les gens pensent

Entretien d’Isabelle Stengers – 15 juillet 2013. Nous ne sommes pas impuissants, nous sommes réduits à l’impuissance. Pourtant, je constate que depuis dix ans il y a des luttes d’un style nouveau. Le combat contre les OGM a, par exemple, recréé une pensée politique au sujet du type d’agriculture et du monde que nous sommes en train de construire. Il a su relier des paysans, pour qui les OGM sont une nouvelle expropriation, des anticapitalistes en lutte contre l’emprise des brevets, des scientifiques alarmés par les conséquences. Ils ont appris les uns des autres et c’est pour cela que le mouvement est parvenu à faire bafouiller ce qui se proposait comme un progrès incontestable.

Écouter Émilie Hache. France Culture 8 déc. 2014 

Si nous entendons par « radicalité » l’acuité d’analyse politique et le questionnement sur le mode de vie que nous voulons mener à l’heure d’une crise environnementale, alors oui il y a une radicalité dans les mouvements écologistes, mais avec de réels objectifs politiques.

La Grande Table accueille Émilie Hache pour évoquer « Les nouveaux territoires de la radicalité ». 

Cliquez sur l’image ci-dessus pour lire l’introduction et la table des matières.